Selon les chercheurs, Proxima b pourrait être "hautement habitable"

Par ,
le 14 septembre 2018
 0
proxima centauri b

Depuis sa découverte en 2016, l'exoplanète Proxima Centauri b, connue pour être la plus proche de la Terre, fait l'objet de nombreuses recherches concernant son habitabilité.

Une étude publiée dans la revue Astrobiology suggère que Proxima b pourrait abriter plusieurs océans et être potentiellement habitable.

Proxima b, « jumelle » de la Terre ?

C'est grâce à des simulations informatiques similaires à celles utilisées pour étudier le changement climatique sur Terre que les chercheurs en sont venus à penser que Proxima b abrite très certainement de vastes étendues d'eau. Cette conclusion, qui n'est pour le moment qu'hypothétique, laisse tout de même penser qu'il existe une chance - même infime - que l'exoplanète puisse héberger des organismes vivants.

Cette planète rocheuse 1,3 fois plus grosse que la Terre tourne autour de son étoile tous les 11 jours. Il s'agit d'une naine rouge qui dégage une très faible luminosité par rapport à notre soleil, ce qui place Proxima b dans sa zone habitable. La température à la surface de Proxima b permet donc de penser qu'à l'instar de la Terre, de l'eau liquide pourrait s'y trouver en quantité. Toutefois, les deux corps célestes se trouvent très rapprochés l'un de l'autre, cette proximité implique probablement la rotation synchrone de Proxima b comme c'est le cas de la Lune en orbite autour de la Terre. Autrement dit, elle montre toujours la même face à son étoile ; on appelle ce phénomène le verrouillage gravitationnel.

Selon les chercheurs, bien que la face sombre de Proxima b ne voie jamais la lumière de son étoile et par conséquent n'en reçoive pas la chaleur, la présence d'un ou plusieurs océans dynamiques pourrait permettre de transférer la chaleur d'un côté à un autre de la planète, comme c'est le cas sur Terre avec le Golf Stream qui transporte les courants chauds venus des tropiques. À ce titre, il pourrait subsister des zones de Proxima b réunissant les critères permettant à la vie de se développer.

Les futurs télescopes nous permettront d'en savoir plus

Les équipes de chercheurs ont simulé au total 18 scénarios différents et pour pratiquement chacun d'entre eux ils ont observé qu'un océan pourrait persister sur Proxima b. Bien que les conclusions de cette étude ne restent pour le moment que des suppositions, Anthony Del Genio est optimiste.

Selon ce scientifique de l'Institut Goddard de la NASA : « Plus la fraction de la planète avec de l'eau liquide est grande, plus il y a de chances que, s'il y a de la vie là-bas, nous puissions trouver des preuves de cette vie avec de futurs télescopes ».
Modifié le 14/09/2018 à 14h26
scroll top