Les salariés de Google réclament des explications sur les affaires de harcèlement sexuel

Par
Le 04 novembre 2018
 0
google manifestation
© Bryan R. Smith/AFP

Les employés du moteur de recherche ont défilé symboliquement alors que l'entreprise est accusée d'avoir protégé certains de ses cadres impliqués dans des affaires de harcèlement sexuel.

Des milliers d'employés dans la rue

De la transparence. C'est ce qu'ont demandés des milliers d'employés de Google ce jeudi 1er novembre en défilant symboliquement devant les sièges sociaux du moteur de recherche. Les 90 000 effectifs du groupe ont été contactés par mail afin de quitter leur poste à 11H du matin (selon leur fuseau horaire respectif). Cette manifestation a eu lieu au Japon, en Inde, à New York ou encore à Mountain View, le siège historique de la marque.

Ce mouvement social inédit pour Google a pour origine la publication récente d'un article du New York Times accusant Google d'avoir protégé certains de ces cadres dirigeants suspectés de harcèlement sexuel. Le cas le plus emblématique est celui d'Andy Rubin, le fondateur d'Android, qui aurait quitté l'entreprise suite à une plainte déposée par une employée du moteur de recherche avec 90 millions de $ d'indemnités.

Le mouvement dénonçait également les inégalités salariales entre femmes et hommes, et demandait la publication par Google de données précises sur la réparation des effectifs selon leur origine ethnique et leur genre indique Engadget. Ils exigent également que Google publie un rapport de transparence sur le harcèlement sexuel indiquant le nombre d'incidents ayant eu lieu ces dernières années, le nom des employés licenciés pour ce type d'agissements et le montant de leurs indemnités de licenciement.

Le début d'une prise de conscience pour les grands groupes de high tech ?

Les manifestants demandent également un représentant des salariés au conseil d'administration ainsi à ce que le vice-président en charge de la diversité chez Google soit directement rattaché à Sundar Pichai, PDG du groupe, afin de faire remonter plus rapidement les différents problèmes sociaux de l'entreprise.

Pour l'heure, Google n'a pas répondu à ces différentes demandes. Sundar Pichai s'était « pleinement engagé à faire des progrès » lors de la publication de l'article du New York Times. Des propos qui ne seront pas suffisants face aux protestations de ses employés, qui ne comptent pas se taire avant une réforme complète du fonctionnement de leur entreprise.
Modifié le 02/11/2018 à 17h11

Les dernières actualités Google

scroll top